Category Archives: capitalisme

21Avr/13

Sacrés droits d’auteur !

.

La société occidentale a la singulière faculté de transformer toute bonne idée en une aberration totale.
J’avais déjà parlé de ces fameuses règles de bienséance détournées en outils de snobisme ou l’émancipation de la Femme qui faisait perdre la tête à plus d’une. Aujourd’hui c’est la propriété intellectuelle qui me fait sourire.
Enfin, non pas la propriété intellectuelle en soit. Protéger les droits des auteurs de sorte que si l’œuvre doit générer de l’argent, l’auteur en profite au moins d’une partie est tout à fait légitime. On a eu bien des cas, en Ayiti, où le compositeur
Lire la suite
13Avr/13

Le village global, leur nouvelle plantation

.
Le monde, dit-on, n’est plus qu’un village global. La technologie, les moyens de communication particulièrement, ont réduit les distances et fait sauter les frontières. Maintenant, nous sommes informés de tout ce qui se fait ou se dit à l’autre bout du monde; en temps réel. Nous vivons presque dans un même monde.
Eh oui ! je dis bien presque, parce que si dans un village, les voisins ont plus ou moins la même culture et jouissent plus ou moins des mêmes droits, dans bien des domaines et sur bien des aspects, nous vivons, dans le monde réel, d’une communauté
Lire la suite
23Avr/10

kòm se nou…!

Il semblerait qu’à une époque, tous les chemins menaient à Rome. Et bien, ces temps ne sont plus : Maintenant, même en prenant le même chemin, on n’et pas certain d’arriver au même endroit.

Ayiti a emprunté les mêmes chemins que Les États-Unis d’Amérique. Même que nous nous y tenons mieux qu’eux. Pourtant, il n’est pas nécessaire d’être Docteur en Sociologie, Économie ou autre discipline « save » du genre pour comprendre que nous obtenons des résultats différents.

Dans le domaine de la Justice, les Américains sont passés maîtres de la libération sous caution. Celui qui viole une femme, abuse … Lire la suite

28Mar/08

Art en bouteille

Je ne sais plus à quoi penser quand j’entends parler d’«artiste» et d’«art».

Autrefois c’était l’art qui primait, qui comptait aux yeux des critiques et des amateurs. C’était l’art qui donnait de la valeur à l’artiste.

Et l’artiste, cependant, ne se laissait pas trop influencé par l’accueil que pouvait faire le public aux oeuvres qu’il réalisait. C’était, bien souvent, sa manière de s’exprimer, de faire passer ses émotions.

Qu’il trouvât un public qui appréciât et l’acclamât ou qu’il fût ignoré de tous, la vraie satisfaction d’un artiste était de réaliser son oeuvre à son … Lire la suite