79% ont dit non aux élections. 79% de rien du tout.

Les élections ont-elles été boudées par une bonne partie de la population? Sans aucun doute. Mais en parler en utilisant des chiffres est, tout au moins, imprudent.

D’abord, parce que la liste électorale n’est pas fiable.
L’année dernière, elle avait même été avancée comme prétexte pour contester les élections. Nos compatriotes disparus depuis le séisme de 2010 y figuraient encore. L’actuel CEP s’était donné comme défi d’épurer cette liste, mais la population n’ayant pas été enthousiasmée par l’exercice d’authentification de la carte de citoyenneté, le projet fut vite oublié. Ainsi, la liste électorale ne peut toujours pas renseigner sur le nombre total de personnes vivantes ayant le droit de participer aux élections.

Ensuite, les abstentionnistes ne forment pas un groupe homogène.
Certains auraient bien voulu faire le déplacement, mais n’avaient pas leur carte de citoyenneté. Et pour diverses raisons: Des cartes perdues, des renouvellements qui ne sont pas livrés à temps, etc. D’autres se sont déplacés mais n’ont pas pu voter. Et encore là, pour plusieurs raisons différentes: Changement d’adresse des centres de vote, identités non retrouvées sur les listes d’émargement. etc.

Enfin, parce que parmi les abstentionnistes,
il y a aussi (et surtout) les « M pa nan politik ».
En général, on ne vote pas en Haïti. Beaucoup de gens ne se sentent pas concernés par les élections ou la politique. La raison n’est pas du tout le dépit que peut inspirer nos acteurs, mais nous trainons encore un traumatisme d’une époque qui voulait que la politique soit inaccessible au citoyen. Ces personnes-là continuent encore à affirmer fièrement : « M fè respè m , m pa nan politik ».

Seuls les 7234 « votes blancs » donnent une indication sur le rejet de cette classe politique. Même les 1069646 votes valides sont à prendre avec prudence puisque les bulletins non validés ainsi que les procès-verbaux mis en quarantaine témoignent aussi de la volonté d’autres citoyens de participer à l’exercice.